Raconte ta vie

Peugeot 103 fuyarde…

Une fois n’est pas coutume, je vais parler d’autre chose que de 2CV. En l’occurrence de Peugeot et pas de n’importe quelle Peugeot puisqu’il s’agit d’une mobylette.

En effet, au fond du garage dormait une 103 SV (pour « suspendue » et « variateur »). Datée par Peugeot de 1982, elle n’avait pas roulé (ni démarré) depuis… 1984. Achetée en 2014, elle avait accepté de démarrer avec un peu de mélange*, quelques (nombreux) coups de pédales avec et sans starter, une bonne suée et quelques doutes sur l’allumage. Depuis, le manque de temps avait fait qu’elle était retombée dans sa léthargie.

Qu’à cela ne tienne, les vacances sont là et avec elles, le défi de réveiller la « meule » de son long sommeil. En appliquant la recette précédente, il fut assez facile de relancer le moulin (et d’enfumer au passage tout le garage…) Il n’en fallait pas plus pour que toute la petite famille s’essaye à la manipulation de la bête. Y compris Madame et le futur « numéro 3 ».

Bref. Ce moment d’extase passé, une petite « course » en ville renvoya bien vite la réalité à la face du pilote : un démarrage réussi n’est pas synonyme de fonctionnement sans faille. Impossible de dépasser le 40km/h et surtout, à l’arrêt, une filet d’essence qui coule par le réservoir.

Pourquoi l’essence sort elle par le pot d’échappement ? Réponse : parce que le pointeau est HS. L’explication en vidéo ci-dessous**

Pourquoi la 103 n’est elle pas capable d’atteindre les 50km/h, même sur du plat et sans vent ? Réponse : parce que le carburateur est bien sale et les joints probablement morts.

D’une pierre, deux coups, démontage, nettoyage et remplacement des éléments trop vieux (flotteur/pointeau, joint de cuve, joint de boîte à air et joint de pipe). Le nettoyage se fait à l’essence et au pinceau. Les trous sont soufflés (pompe à vélo) pour évacuer toute la crasse possible. L’idéal aurait été de passer chaque pièce au bac à ultra sons mais ce dernier est réservé pour le nettoyage des bagues de madame…

Le résultat final est sans appel : la mobylette a retrouvé un second souffle et taquine gentiment les limitations de vitesses…

*Dosage recommandé par l’étiquette « Esso MIX » sur le réservoir : 4%.

** Merci de votre indulgence pour la qualité de la réalisation…

Publicités
Catégories : Raconte ta vie | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

En attendant de nouvelles aventures…

N’hésitez pas à aller admirer la dernière trouvaille de Planète 2CV :

Catégories : Bla bla bla, Plaisir des yeux | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

La 2CV camping-car

Voici une petite vidéo sympathique trouvée au hasard des pérégrinations sur les réseaux sociaux (en attendant une petite balade sur la route) :

Message sur le mur par Patrick Perrier Patamm

Catégories : Aventure, Bla bla bla, Transformation | Étiquettes : , , , , , , | 2 Commentaires

Porsche vs DS

Trouvée sur le réseau social tête de livre, je la trouve original (moins pour la Porsche que pour son dépanneur…) :

Catégories : Bla bla bla, Entre autres, Entre vieilles | Poster un commentaire

Perte de liquide de frein

Après avoir changé mes cylindres de roues et maitre cylindre (ainsi que les flexibles qui vont bien), j’ai pu parcourir une petite centaine de kilomètres jusqu’à ce que… la pédale de frein devient tellement molle que, même à fond, plus rien ne réponde que le frein à main.
Grosse frayeur : la pente pour sortir du garage a beau ne faire que 10m, elle est tout de même à 12% et l’on est obligé de sortir en marche arrière…
Inspection faite, il s’avère qu’un des cylindres de roue est défectueux et fuie tant qu’il peut. Mon liquide de frein s’est donc dispersé sur les 100 km parcourus. Frayeur rétrospective.

Heureusement, un garagiste aimable, rapide et efficace (garage du Revest pour ne pas le nommer) s’occupe de moi en ce moment.
Pour procéder au diagnostic, il a fallu remettre du liquide de frein (DOT4 vu mon grand âge). En procédant roue par roue, il a ensuite fallu ouvrir la purge située au niveau des tambour. Pendant que j’actionnais la pédale du frein, le garagiste surveillait la sortie du liquide et, dès son apparition, fermait la purge. Nous avons commencé par l’avant, pour plus de facilité, rien à signaler. C’est en faisant le tour de la voiture que le problème s’est vu : la roue arrière gauche baignait dans une flaque assez impressionnante dont l’origine semblait provenir de l’intérieur du tambour et non de l’extérieur. Une purge mal fermée ou un flexible mal raccordé étaient donc deux causes à oublier.
Il ne reste plus qu’à voir si la garantie de la pièce peut jouer, pour l’échanger ou, dans le pire des cas, à en recommander une. L’avantage d’être à Toulon c’est que Cassis n’est pas loin. Une heure de route vaut toujours mieux que 10 jours de livraison…
Ensuite, remontage, complément du niveau de liquide, purge roue par roue et roulez jeunesse !

Catégories : Raconte ta vie | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.