Mécanique

De jolies choses à Bormes les Mimosas

Le 14 septembre dernier se tenait un rencontre de véhicules anciens, à dominante de VW Cox, et de Solex (et quelques transformation de Solex…) Voici les quelques photos réalisées à cette occasion. Mon gros coup de coeur : la Citroën B2 de 1921.

Publicités
Catégories : Entre vieilles, Expo/Concentration, Plaisir des yeux, Transformation | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

Un projet à soutenir

Un projet intéressant qui mérite d’être soutenu !
http://www.fallaitlefaire.fr/projet.php?id=4348

Catégories : Actualité, Blog amis, Mécanique | Poster un commentaire

Le birotor Wankel par Citroën

Quelques explications sur ce moteur mal aimé de l’automobile malgré ses avantages certains (et à cause d’inconvénients bien réels).

Voici une petite vidéo d’époque de la communication Citroën à propos du moteur Wankel : ce moteur génère une rotation sans mouvement de translation via un système de bielle/manivelle. Il est ainsi plus simple à assembler et à entretenir, engendre moins de vibrations (donc de bruit), ne possède aucun temps mort et est moins encombrant. La suite en image :

En bonus, une vidéo sur le prototype M35 :

C’est ce projet qui donnera naissance à la fameuse Citroën GS Birotor par la suite.

Et voilà de quoi avoir un aperçu du son que produit un tel type de moteur :

Catégories : Entre Citroën, Entre vieilles, Mécanique, Plaisir des yeux | Étiquettes : , , , , , , , | Poster un commentaire

La 2CV camping-car

Voici une petite vidéo sympathique trouvée au hasard des pérégrinations sur les réseaux sociaux (en attendant une petite balade sur la route) :

Message sur le mur par Patrick Perrier Patamm

Catégories : Aventure, Bla bla bla, Transformation | Étiquettes : , , , , , , | 2 Commentaires

Changement d’allumage

Poussé par la curiosité, mon chauffeur a eu l’idée – plus ou moins saugrenue – d’installer un allumage électronique sur mon moteur. Ouh ! Bouh ! De l’électronique sur une 2CV ?! Sacrilège !

Oui. Et non.

Certes, la 2CV est une voiture conçue simplement pour répondre rapidement et de manière fiable aux besoins de ses utilisateurs. La maintenance facile fait partie du cahier des charges. Régler un allumage n’a rien de compliqué en soi, surtout si l’on a la bonne documentation. A défaut, les forums regorgent de turcs et astuces.

Oui mais, il arrive parfois aussi que le manque de temps, les délais de livraison des pièces nécessaires à la réfection de l’allumage (puisque c’est notre sujet aujourd’hui) immobilisent une voiture, parfois à un moment crucial dans une vie. L’arrivée d’un premier bébé par exemple… Dans ce cas, le choix d’un allumage électronique peut être une solution alternative simple et – a priori – fiable moyennant un investissement de départ relativement faible.

Dans notre cas, nous allons commenter le montage d’un allumage électronique 6V provenant du MCC. Au tarif club, il se vend aux alentours de 95€. La notice de montage est fournie mais cet article me sert à débusquer un piège qui peut mettre à mal un néophyte comme mon chauffeur en matière d’électricité.

Commençons donc par faire ce que nous dit la notice : démontage de la grille puis du ventilateur, débranchement et démontage du boitier d’allumage – également appelé « vis platinées » (le fil partant du condensateur doit être terminée par une prise mâle).

Il faut ensuite régler le boitier pour le type de moteur voulu (cas des allumage électronique 6V pour 2CV ancienne uniquement) en dévissant (à l’aide d’un tournevis plat et non d’une clé 6 pan creuse comme indiqué dans la notice) le bouchon situé dans la partie haute. Il faut alors choisir entre la position 1 et la position 2 (position 2 dans notre cas : moteur 425cc). Pour ma part, j’ai effectué le réglage à l’aide d’un tout petit foret n’ayant pas de tournevis adapté (suffisamment long et fin).

Le boitier est mis en place comme indiqué par la notice (penser à ne pas trop serrer les vis M7 pour le réglage). Le fil jaune et le fil noir sont équipés d’une cosse femelle afin d’aller se brancher respectivement sur le + bobine et sur le – bobine. Reste le fil rouge. Qu’en fait-on de se fil rouge ?

D’après la notice, il doit être branché sur le « + après contact ». Pour ceux qui, comme moi, ne sont pas familier du langage électrique, le « + après contact » est un fil qui ne reçoit de l’électricité que lorsque le contact est mis. En l’occurrence, il s’agit ici du fil du faisceau électrique branché sur le + bobine avant démontage du boitier des vis platinées. Ce fil est donc équipé d’une prise femelle.

Pour raccorder notre boitier électronique, il faut logiquement équiper le fil rouge d’une prise mâle et la brancher à la prise femelle citée dans le paragraphe ci-dessus.

Il ne reste plus qu’à caler le moteur au point d’allumage à l’aide de la pige (ou d’une mèche diamètre 6mm) comme indiqué dans la notice. N’oubliez pas de couper le contact tant que le moteur n’est pas calé au point d’allumage.

Une fois la position du boitier réglée, il ne reste plus qu’à serrer les vis de fixation, sans serrer outre mesure au risque de « foirer » les pas de vis.

Les photos de l’opération seront mises en ligne prochainement.

Catégories : Mécanique, Réglage, Remplacement, Transformation | 3 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.